Le gène des roux pourrait être le lien manquant entre le mélanome et la maladie de Parkinson

post

Les chercheurs savent depuis longtemps que le fait d’avoir soit une maladie de Parkinson, soit un mélanome augmente le risque de développer l’autre maladie, mais la raison de ce lien n’est pas encore clairement établie. Les résultats de l’étude financée par le MJFF, menée par Xiqun Chen, MD, PhD, du Massachusetts General Institute pour les maladies neurodégénératives, indiquent que le variant de gène MC1R, responsable de la coloration rousse des cheveux et blanche de la peau, pourrait en être la cause.
Ce gène qui dicte la couleur des cheveux et de la peau, lorsqu’il est plus léger, fournit moins de protection contre le soleil et contribue au risque de mélanome. Le même gène pourrait également avoir un impact sur la production de dopamine, le neurotransmetteur déficitaire dans la maladie de Parkinson. Chez les souris « rousses » qui ont le variant de gène MC1R, le taux de dopamine cérébrale est diminué et les cellules dopaminergiques présentent une sensibilité accrue aux substances potentiellement dommageables.

Pour en savoir plus sur cette intéressante découverte publiée sur le site de Michael J Fox, cliquez ici.