Efficacité de la levodopa et agonistes dopaminergiques sur la mobilité

Titre de l’étude : Comparaison directe de l’efficacité de la Levodopa et des agonistes dopaminergiques sur la mobilité dans la communauté ainsi que sur le niveau d’activités physiques des personnes ayant la maladie de Parkinson

Chercheur Principal: Christian DUVAL phD., chercheur au centre de recherche de l’IUGM1

Site de l’étude: 1 Institut Universitaire de Gériatrie de Montréal

Résumé : Les symptômes moteurs et non moteurs de la maladie de Parkinson ont sans doute des répercussions sur la participation sociale de l’individu, tel que sa mobilité dans la communauté, un élément essentiel de la qualité de vie. Ainsi pour réduire la symptomatologie à un stade initial de la maladie, des options thérapeutiques comme la levodopa et les agonistes dopaminergiques sont souvent utilisés. Pour chacun d’eux, des bénéfices ont été observés en clinique. Toutefois, il s’avère possible que les évaluations effectuées dans cet environnement contextuel ne soient pas représentatives de l’état de l’individu dans son milieu de vie, car elles reflètent un moment précis dans le temps, pour un état actuel donné. En effet, une mesure directe des aspects de la mobilité dans la communauté ainsi que du niveau d’activité physique, nous donnerait une meilleure idée de l’efficacité de chacun des traitements utilisés.

Objectif de l’étude : L’objectif de cette étude est de déterminer s’il existe une différence dans la quantité de mobilité ainsi que dans le niveau d’activité physique à l’intérieur d’une journée entre les personnes ayant la maladie de Parkinson traitées par la Levodopa et ceux traités par les agonistes dopaminergiques et déterminer si les personnes traitées par les agonistes dopaminergique ont une quantité de mobilité et un niveau d’activité physique mieux réparti durant la journée.