Blocage moteur et maladie de Parkinson

Titre de l’étude: Mécanismes d’épisodes de blocage moteur des membres supérieurs et inférieurs des personnes atteintes de la maladie de Parkinson

Chercheur Principal : Julie Côté, Ph.D., professeure agrégée, Département de kinésiologie et d’éducation physique, Université McGill

Co-chercheurs : Caroline Paquette, Ph.D., professeure adjointe, Département de kinésiologie et d’éducation physique, Université McGill

Julie Nantel, Ph.D., professeure adjointe, École des sciences de l’activité physique, Université d’Ottawa

Hiram Cantú, candidate au doctorat, Département de kinésiologie et d’éducation physique, Université McGill

Site de l’étude : Centre de recherche de l’hôpital juif de réadaptation, 3205, Place Alton-Goldbloom, Laval, Québec H7V 1R2

Résumé : La maladie de Parkinson (MP) est une maladie neurdégénérative  caractérisée par une perte de cellules dopaminergiques dans la substance noire. La bradykinésie est l’un des symptômes moteurs les plus invalidants de la maladie, caractérisée par des amplitudes de mouvements lents observées chez les personnes atteintes de la MP présentant également des problèmes de coordination. Malheureusement, l’absence d’effet de la lévodopa sur ces déficits de coordination suggère que la bradykinésie contribue, de façon indirecte, à ces déficits de coordination. En outre, Les mécanismes de blocage moteur des membres supérieurs associés à la maladie de Parkinson ne sont pas bien compris, ce qui limite notre capacité de mesurer cliniquement ce phénomène courant.

Objectifs de l’étude : Les objectifs de cette recherche sont (1) identifier les caractéristiques de tâches associées avec des épisodes de blocage moteur des membres supérieurs et inférieurs, (2) mesurer les effets de la médication sur les épisodes de blocage moteur des membres supérieurs et inférieurs, et (3) d’identifier les caractéristiques motrices précédant les épisodes de blocage moteur des membres supérieurs et inférieurs.